Les Amazones de A… à …Z (2nd partie)


Le Labrys

« C’est un magnifique tatouage. Un beau Labrys. Etes-vous surprise que je sache ce que c’est ? » Quand Violet caresse le bras de Corky (Bound), on se demande toujours… Mais qu’est ce qu’un Labrys, au fait ? Le Labrys est une arme utilisée par les Amazones et associé à Diane, une hache à double tranchant, qui, de symbole du culte et du pouvoir des femmes, est devenu symbole de l’homosexualité féminine.

Les Descendantes des Amazones

Des terres de Bohème à la conquête de l’Amérique

L’épopée fantastique des Amazones ne s’arrête pas à l’Antiquité grecque ; sous la plume de Joëlle Wintrebert, Les Amazones de Bohème livrent leurs secrets. Au VIIIe siècle de notre ère, en Bohême, deux femmes, Libussa et Vlasta, à la tête d’une armée de femmes, partent en guerre contre la société patriarcale, ravageant les terres du roi Przémislas. Autre époque, autres terres : en 1542, l’expédition européenne menée par l’explorateur espagnol Francisco de Orellana, est le théâtre d’une bataille contre la tribu des Tapuyas sur les rives d’un fleuve. Dans cette tribu, la coutume veut que les femmes se battent aux côtés des hommes ; en leur mémoire, le fleuve d’Amérique du Sud sera baptisé l’Amazone.

Des colonies d’Afrique au berceau Ukrainien

Embarquons à présent pour le continent africain, dans le royaume du Dahomey (Bénin actuel). C’est ici qu’est formé au début du XVIIIe siècle un régiment d’Amazones majoritairement composé de chasseresses d’éléphants et de gardes du corps. Forte de 4000 âmes vierges armées de coupe-coupe et de carabines Winchester, qui ne sont autorisées ni à se marier, ni à enfanter, cette formation militaire est extrêmement puissante. Mais contrairement à leurs ancêtres légendaires scythes, les Amazones du Dohomey consacrent leur vie entière à la défense d’un homme, le monarque. Encore un saut spatio-temporel, et cap sur le berceau historique des Amazones, les rives du Pont Euxin. D’après une récente enquête du Figaro magazine, l’ukrainienne Katarina Tarnovska, du haut de ses 26 ans, y serait à la tête d’une vingtaine de filles formant le groupe Asgarda, pour « faire revivre la société des Amazones » ; boxeuses occasionnelles, ses disciples manient sabres, chaînes, haches et autres ustensiles contondants avec dextérité. En fonction de leur rang – degré d’initiation, les adeptes se rasent une bande de cheveux. Leur but ultime, atteindre le 7ème grade. Car Katarina le clame haut et fort : « j’habiterai avec mes vestales (les titulaires du septième grade). Un premier cercle dont les hommes seront exclus. » Avis aux amazones en herbe !

« La femme qui a découvert les Amazones Vivantes »

Entre 1992 et 1995, l’archéologue Jeannine Davis-Kimball « The woman who found the Living Amazons », mène des fouilles archéologiques en Asie Centrale, dans les tumulus du Kazakhstan, appelés Kourganes. Partie à la recherche de peuples nomades, elle fait une découverte inattendue : des tombes de femmes guerrières et prêtresses, possédant une position élevée dans la société, inhumées avec leurs armes (poignards, pointes de flèche, pierre à aiguiser). Tandis que les jambes arquées d’une jeune fille s’expliquent par la pratique intensive de l’équitation, le corps d’une femme percé d’une pointe de flèche en pleine poitrine fait d’elle une authentique guerrière. En poursuivant ses investigations, elle s’aperçoit que les habitants de la zone fouillée (Pokrovka) sont appelés Sauromatians et Sarmations. Elle procède alors à des tests génétiques sur la population mongole vivant dans la région, et à sa grande surprise, retrouve le même ADN… celui qu’elle a prélevé sur un squelette chez une fille blonde et chez sa mère. Autres faits étranges qui viennent appuyer la thèse des Amazones vivantes : des filles blondes naissent dans la région, au sein d’une ethnie à la chevelure uniformément noire, tandis qu’une tradition persistante de la femme cavalière et archer traverse las âges dans la même contrée. Alors, mythe ou réalité ?

Source : La Dixième Muse

Page Précédente   Page Suivante

Cet article a été publié dans Art et Culture. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s