ORGANISATIONS DE DÉFENSE DES DROITS DE L’HOMME… Craintes de stigmatisation



La chasse aux sorcières. C’est ce que craignent les organisations de défense des droits de l’Homme du Sénégal dans l’affaire des homosexuels arrêtés à Sicap-Mbao (banlieue de Dakar) et condamnés mardi dernier à huit ans de prison ferme. Le tribunal des flagrants délits venait tout juste de les déclarer coupables d’actes impudiques contre-nature et association de malfaiteurs.

Me Assane Dioma Ndiaye, président de l’Organisation nationale des droits de l’Homme du Sénégal (Ondh), tout en soulignant qu’il respecte la décision de justice, s’est indigné de la « disproportion » des peines infligées à ces gays. A son avis, le quantum de la peine est « démesuré ». « Cette condamnation sévère risque d’être une voie pour aller vers une volonté de stigmatisation de l’homosexualité. Nous craignons qu’elle soit une porte ouverte à la chasse aux sorcières », a-t-il averti. Le président de l’Ondh a également précisé que l’homosexualité n’est pas un délit si ceux qui s’y adonnent ne perturbent pas l’ordre public. Selon lui, ce sont les actes impudiques et de contre-nature qui sont punis et réprimés par le code pénal sénégalais. Par ailleurs, selon le président de l’Ondh, le délit d’association de malfaiteur qui est joint aux deux autres est « inapproprié » pour de tels faits. Khady Ndiaye, directrice exécutive nationale de la Rencontre africaine pour la défense des droits de l’Homme (Raddho) a déploré, sur Radio France Internationale (Rfi), le mercredi 07 janvier, cette condamnation et s’inquiète de la situation des homosexuels au Sénégal. « Nous déplorons l’homophobie de plus en plus grandissante au Sénégal », a-t-elle déclaré.

Rappelant que c’est une première au Sénégal qu’une telle peine soit infligée à des homosexuels, elle a invité notre pays à respecter ses engagements au niveau international (Conférence international sur le racisme et l’homophobie qui s’est tenue à Durban en Afrique du Sud). « On ne peut pas vouloir une chose et son contraire. On ne peut vouloir travailler contre le racisme et le l’homophobie et ne pas penser aux mesures idoines pour dépénaliser les peines ou les délits liés aux orientations sexuelles », a-t-elle soutenu.

Source : le soleil Multimédia
Cet article a été publié dans Actualités et politique. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s