Au Sénégal, l’homophobie gagne du terrain



Multiplication
des cas de violences, profanation de tombe et durcissement des peines
infligées par la justice à l’encontre d’homosexuels : l’homophobie gagne
du terrain au Sénégal, selon de nombreux observateurs.

"Il y a toujours eu des courants homophobes dans la société
sénégalaise, mais ils deviennent de plus en plus fort"
, a déclaré à
l’AFP Cheikh Ibrahima Niang, professeur d’anthropologie sociale à
l’Université de Dakar et auteur d’études sur les homosexuels.
Au Sénégal, pays à 95% musulman, l’homosexualité est officiellement
interdite et passible, selon le Code pénal, d’une peine allant d’un à
cinq ans d’emprisonnement.
Un juge du tribunal de Dakar a pourtant condamné cette semaine
neufs homosexuels à huit ans de prison, alors que le parquet avait
requis cinq ans d’emprisonnement.
Une peine jugée "très lourde" par la Rencontre Africaine pour la
défense des Droits de l’Homme (Raddho), basée à Dakar. "C’est la
première fois que la justice prononce une telle sanction. Cela n’a pas
de sens"
, s’est insurgée Khady Ndiaye, la directrice exécutive
nationale de l’organisation.


Depuis un an, les affaires mettant en cause des homosexuels se
multiplient. En février 2007, une dizaine de jeunes avaient été
arrêtés, interrogés puis relâchés suite à la parution de photos d’un
"mariage gay" dans un journal people.
Leur libération avait déclenché une levée de boucliers chez
certains imams. Un projet de loi "visant à combattre l’homosexualité et
les comportements impudiques" avait alors été déposé à l’Assemblée
Nationale.
Il prévoyait de durcir les peines et de les ramener à dix ans d’emprisonnement, mais est resté à ce jour sans suite.


En août 2008, un Belge et un Sénégalais accusés de "mariage
homosexuel et actes contre nature"
avaient été condamnés à Dakar à deux
ans de prison ferme.
Ce même mois, la tombe d’un célèbre homosexuel "repenti" avait été
profanée par des villageois qui ne voulaient pas le voir enterré dans
leur localité de Guinguinéo, situé dans la région de Kaolack, au centre
du pays.
"Cela s’est répété à Pikine (banlieue populaire de Dakar), en
novembre", a indiqué le président d’une des sept associations
sénégalaises de prévention du sida chez les homosexuels, qui s’exprime
sous couvert de l’anonymat.
"Des gens ont pris le corps d’un ami à la mosquée et l’on déposé
sur la route, parce qu’ils ne voulaient pas qu’il soit enterré au
cimetière", a-t-il expliqué.


Au quotidien, les homosexuels disent vivre dans "des conditions qui
empirent"
, harcelés par des coups de téléphone de "menace de mort".
"On est persécuté en permanence, on se fait taper, insulter,
dénoncer. Je vie avec la peur au ventre", a confié un jeune homosexuel.
Les trois mois de l’été 2008, il les a d’ailleurs passés en prison
suite à sa condamnation pour "acte contre nature et outrage à la pudeur
publique".


Selon le professeur Niang, cette attitude des populations à l’égard
des homosexuels est liée à "une instrumentalisation et a une certaine
radicalisation du discours religieux".
De plus, "la société est en crise et elle a tendance à transférer
son agressivité vers les minorités les plus faibles comme les
homosexuels"
, a-t-il expliqué.
Cette agressivité est visible dans les forums sénégalais sur
l’internet où les sujets traitant de l’homosexualité déclenchent le
plus souvent des propos virulents. Les "Goordjiguen" (littéralement
+homme-femme+ en langue wolof) y sont qualifiés "d’impurs" et de
"non-musulmans"
.
Pour le professeur Niang, "le plus inquiétant c’est que tout porte
à croire aujourd’hui que l’Etat essaye de contenter les courants
homophobes"
. "On est en train de régresser en matière de respect des
droits humains. Si on tolère cette situation, on peut s’attendre au
pire"
, a-t-il conclu.


Source : e-llico
Cet article a été publié dans Actualités et politique. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s