Don du sang : Roselyne Bachelot confirme l’exclusion des gays



Dans un entretien à Libération
publié aujourd’hui, mercredi 14 janvier, la ministre de la Santé
Roselyne Bachelot évoque un nouvel arrêté encadrant les dons du sang.

Elle en profite pour justifier le maintien de l’interdiction des don du
sang de la part des hommes ayant eu des rapports sexuels avec un homme.
Et confirme donc l’interdiction faite aux homos, malgré sa déclaration,
en 2007, exprimant son «souhait que la population homosexuelle puisse y accéder»
. «C’est
vrai qu’au début, la question s’était de nouveau posée, j’avais
clairement demandé à ce que l’on étudie la possibilité de revenir sur
cette contre-indication» déclare aujourd’hui la ministre, qui estime que «tout le monde connaît (son) engagement personnel»
.


Toujours
dans cette nouvelle interview, Roselyne Bachelot évoque les analyses
des experts qu’elle a sollicités à partir de fin 2007 en matière de
risques liés au sida:
«D’abord, rapporte-t-elle, il
y a une période muette de plusieurs jours, entre le moment où la
personne a été en contact avec le virus et le moment où le virus
circule dans le sang et devient donc détectable. Ce qui pose un vrai
problème. Ensuite, les données épistémologiques sont incontestables:
entre 10 et 18% des gays sont contaminés, alors que ce pourcentage est
de 0,2% pour les hétérosexuels. Les situations épidémiques ne sont pas
les mêmes. Il y a un risque, et ce risque est trop élevé. D’où le
maintien de cette contre-indication.»

«Ce n’est pas une option philosophique, c’est une question de sécurité transfusionnelle» ajoute-t-elle, se défendant de toute homophobie alors que le journaliste précise que sa déclaration «risque de choquer certaines associations». «Actuellement, je ne peux pas faire courir ce risque aux malades, répond la ministre. Mais on surveille et, s’il y a des changements, on fera évoluer la réglementation.»

Act-Up Paris a aussitôt réagi à ces déclaration. L’association de lutte contre le sida estime que l’interdiction n’est «pas sanitairement justifiée» car
«si la prévalence est en effet plus forte chez les gays, les nouvelles
contaminations concernent désormais davantage les hétérosexuels». Elle «dénonce la décision prise par Roselyne Bachelot et exige l’ouverture du don du sang aux homosexuels»
, et souhaite «l’élaboration
d’un questionnaire préalable au don du sang basé sur des données
fiables et non discriminatoires de santé publique».


De son côté, Homosexualités et socialisme dénonce :
«La ministre ne respecte pas ses engagements de 2007. (…) L’amalgame
entre séropositivité et homosexualité est dévastateur pour la
population LGBT -en particulier pour les plus jeunes. La lutte contre
l’homophobie sur le territoire nécessite des actions symboliques
d’intégration et de responsabilisation.»


Source : Têtu

Cet article a été publié dans Santé & bien-être. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s