Les gays attendent Barack Obama… au tournant



Alors
que Barack Obama est officiellement investi président des Etats-Unis
dans un climat de ferveur populaire, la polémique s’installe dans la
communauté LGBT autour du boycott de la retransmission télévisée de la
prière de l’évêque gay Gene Robinson suscitant une certaine
expectative.

Si Barack Obama prend ses fonctions dans un véritable climat d’état de
grâce aux Etats-Unis et au delà, son entrée en fonction est marquée par
une polémique au sein de la communauté LGBT.
En effet, la non retransmission télévisée, dimanche, de la prière
de l’évêque gay Gene Robinson par la chaîne HBO qui disposait des
droits est imputée par la chaîne elle-même à l’entourage de Barack
Obama.
Alors qu’elle était mise en cause, HBO a annoncé hier que consigne
lui aurait été donnée de ne débuter la diffusion des cérémonies de
dimanche qu’après le discours du prêtre gay par l’équipe du président
élu contrairement au projet initial qui l’incluait. L’équipe d’Obama
parle quant à elle d’un "malentendu", "regrette" la non-diffusion, mais
ne dément pas formellement…


Des spectateurs présents au Lincoln Memorial disent aussi avoir eu
beaucoup de difficultés à entendre correctement le discours de Robinson
à cause de micros défaillants pendant son intervention.
Cette ombre au tableau soigneusement concocté par le nouveau
président pour tenter de rallier à lui les composantes les plus
hétéroclites et parfois les plus antagonistes de la société américaine
sera encore ravivée par la présence aujourd’hui par la présence
ultra-médiatisée, elle, du pasteur évangélique homophobe Rick Warren
que la présence, dimanche, de Gene Robinson était censée
contrebalancer.


L’entrée en fonction de Barack Obama risque donc de produire un
sentiment mêlé chez les homosexuels américains qui ont voté à 70% pour
lui
, après lui avoir dans un premier temps préféré sa rivale démocrate
Hillary Clinton. Ce faux pas des cérémonies d’investiture fait suite à des interrogations qui ont jalonné la période de transition.
Les organisations LGBT ont déjà déploré que le nouveau président
n’ait pas suffisamment ouvert son cabinet à des membres homosexuels
pour mieux marquer sa volonté d’afficher leur intégration aux
institutions et l’hypothèse selon laquelle l’urgence des dossiers
économiques risque de retarder l’agenda LGBT promis par Obama se
confirme jour après jour.


Les quatre grandes lois que le Congrès doit discuter sur les
crimes de haine, la non-discrimination dans le travail, le rappel du
Don’t Ask, Don’t Tell et la non-interdiction constitutionnelle du
mariage gay ne sont pas remises en cause mais leur passage devant les
parlementaires devrait se faire seulement après le vote des grandes
lois économiques imposées par la crise financière internationale et les
décisions militaires liées à la situation en Afghanistan.
Barack Obama a pris soin de mentionner les homosexuels dans son
discours de dimanche célébrant le "renouveau de l’Amérique", mais la
communauté LGBT est sans doute l’une des premières à attendre les actes
du président investi avec une pointe d’appréhension, au delà de
l’espoir de voir un président démocrate, issu d’une minorité accéder à
la Maison Blanche.


Source : e-llico

Cet article a été publié dans Actualités et politique. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s