Condamnations symboliques dans l’affaire de harcèlement lesbophobe de Segré


Les condamnations se succèdent dans l’affaire de harcèlement contre un couple de lesbiennes survenue entre mai 2008 et juin 2009 à Segré. Un des agresseurs, mineur au moment des faits, vient d’être condamné à de la prison avec sursis et 40 heures de travaux d’intérêt général.

L’un des auteurs du harcèlement homophobe contre un couple de lesbiennes dans la petite commune de Segré, dans le Maine-et-Loire, entre mais 2008 et juin 2009, a comparu le 11 septembre dernier devant la déléguée du procureur d’Angers. Il a été condamné à 75 euros d’amende, avec mention sur son casier judiciaire. Son père versera par ailleurs 400 euros de dommages et intérêts à chacune des victimes.

Un second agresseur présumé dans cette affaire a comparu le 30 septembre dernier. Matthieu, mineur à l’époque des faits, était convoqué devant le tribunal pour enfants pour outrage envers des policiers et injures en raison de l’orientation sexuelle des victimes. Ces faits, qui n’avaient pas encore été jugés, datent de mai 2008. En novembre 2008, il avait déjà écopé d’un mois de prison avec sursis et de 200 euros au titre de dommages et intérêts, pour menace réitérée contre Jessica.

Selon l’association LGBT Quazar qui s’était constitué partie civile dans le dossier, Matthieu a reconnu les faits au cours de l’audience. Il a présenté ses excuses à Jessica qui était présente, et a "regretté" ses actes devant le tribunal, les expliquant par le fait d’être en bande. Son avocat a plaidé l’immaturité sexuelle de son client et a tenté de contester la constitution de partie civile de Quazar; sans succès. Dans son réquisitoire, la procureure générale a qualifié les faits d’"intolérables envers les victimes".

A l’issue du délibéré, Matthieu a été condamné à 1 mois de prison avec sursis, assorti de 40 heures de travaux d’intérêt général, à exécuter dans les 18 mois. Il a en outre été condamné à verser 300 euros de dommages et intérêts à chaque victime et 400 euros pour frais de justice à chaque victime. Il sera suivi par le juge d’application des peines puisqu’il est désormais majeur.

Quazar a été jugé recevable dans sa constitution de partie civile, mais pas dans sa demande de dommages et intérêts au motif que l’association n’agissait pas auprès des victimes au moment des faits, en 2008. L’association et les deux victimes accueillent ces deux premières condamnations avec prudence tant les peines sont "symboliques" à leurs yeux. Tous redoutent que la portée éducative des audiences soit "incertaine, malgré la chance qui est laissée à chacun de ces jeunes".

Quazar poursuit son soutien à Jessica et Virginie d’autant qu’un autre jeune agresseur présumé, Antoine, accompagné à nouveau de Matthieu, sont tous deux convoqués le 2 novembre devant le tribunal correctionnel d’Angers. Le premier pour récidive de violence avec une arme et intimidation envers une victime pour qu’elle retire sa plainte et le second pour injures lesbophobes, des faits commis en juin dernier.

Source : e-llico

Cet article a été publié dans Actualités et politique. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s