Pécresse va écrire aux présidents d’universités et de grandes écoles



https://i1.wp.com/v2.e-llico.com/img/pecresse.jpg

La ministre de l’Enseignement supérieur Valérie Pécresse a décidé mardi, en recevant plusieurs associations de lutte contre l’homophobie, d’écrire aux présidents des universités et écoles du supérieur pour souligner le caractère institutionnel de la campagne contre l’homophobie.

Valérie Pécresse a pris cette décision après avoir entendu des responsables d’associations témoigner que des affiches de cette campagne avaient été arrachées dans certains établissements d’enseignement supérieur, comme l’université Paris-Sud Orsay (Paris-11) et l’Ecole polytechnique. Dans son courrier, la ministre va souligner auprès des présidents d’universités et de grandes écoles le caractère officiel de cette campagne, dont la deuxième phase vient de débuter et qui veut sensibiliser les étudiants et les personnels aux difficultés de certains étudiants "encore trop souvent victimes de discrimination en raison de leur orientation sexuelle".

En juin, deux premières affiches avaient été diffusées à 40.000 exemplaires, dans les lieux universitaires et aux associations. Cette fois, il s’agit de quatre affiches, diffusées dans les établissements universitaires, les commerces de proximité des grandes villes et remises aux associations, ainsi que d’une campagne sur Internet jusqu’au 13 novembre. "Il n’y a pas de chiffres et pas d’enquêtes spécifiques sur cette question" de l’homophobie dans le supérieur, a déploré Valérie Pécresse. "Mais une des statistiques, c’est le fort suicide des homosexuels dû à la difficulté d’assumer le rejet social de l’homosexualité", a-t-elle ajouté.

"Les taux de suicide sont quatre à sept fois supérieurs à ceux des hétérosexuels du même âge et toutes les études font le lien avec le rejet social. Donc c’est l’homophobie qui tue", a insisté Philippe Castel, porte-parole de l’Inter-LGBT. Tout en remerciant Valérie Pécresse pour la relance de la campagne, Philippe Castel a rappelé sa demande d’une "égalité des droits" pour les homosexuels. Pour l’Inter-LGBT, "cette campagne ne doit pas rester uniquement un acte de communication et sera une réussite à partir du moment où elle permettra de déboucher sur des actes concrets". L’Inter-LGBT a proposé à la ministre de travailler sur une meilleure formation et information des personnels, de développer les lieux d’écoute et de faire évoluer les règlements intérieurs des établissements afin qu’ils condamnent l’ensemble des discriminations, lors de ce rendez-vous.

"Dans les écoles d’ingénieurs, il y a un machisme latent" de type homophobe, "plus que dans les écoles de commerce ou Sciences Po", a témoigné pour sa part Youssef Draia, du Collectif des associations étudiantes LGBT d’Ile-de-France.

Source : e-llico

Cet article a été publié dans Droits sociaux. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s