Joyeux Anniversaire Virginia Woolf


https://i1.wp.com/nsm01.casimages.com/img/2009/01/25/090125112942529413049923.jpg


Virginia Woolf (25 janvier 1882  – 28 mars 1941) est une femme de lettres anglaise et une féministe. Pendant l’entre-deux-guerres, elle fut une figure marquante de la société littéraire londonienne et un membre du Bloomsbury Group.

Son Œuvre :
Elle commence l’écriture comme activité professionnelle en 1905, initialement pour le supplément littéraire du Times. En 1912, elle épouse Leonard Woolf, fonctionnaire et théoricien politique. Son premier roman, The Voyage Out (La Traversée des apparences), est publié en 1915. Elle continue à publier des romans et des essais en tant qu’intellectuelle, qui rencontrent un succès aussi bien auprès de la critique que du grand public. La plupart de ses œuvres seront publiées à compte d’auteur à la Hogarth Press. Elle est considérée comme l’une des plus grandes romancières du XXe siècle et des plus grandes innovatrices dans la langue anglaise. Dans ses œuvres, elle expérimente avec acuité les motifs sous-jacents de ses personnages, aussi bien psychologiques qu’émotifs, ainsi que les différentes possibilités de la narration et de la chronologie morcelées. Selon Edward Morgan Forster, elle a poussé la langue anglaise « un peu plus contre les ténèbres » ; l’influence de ses réalisations littéraires et de sa créativité est encore sensible aujourd’hui.

L’ambiance du groupe de Bloomsbury encourageait les rencontres et les liaisons, et en 1922, Virginia Woolf rencontra Vita Sackville-West. Après un essai, elles entamèrent une liaison qui dura tout au long des années 1920. En 1928, Woolf s’inspira de Vita Sackville-West pour Orlando, une biographie fantastique dans laquelle le héros éponyme traverse les siècles et change de sexe. Nigel Nicolson, fils de Vita Sackville-West, l’a appelé "la plus longue et la plus charmante lettre d’amour de la littérature." Après la fin de leur liaison, les deux femmes restèrent amies.

Parmi ses plus grandes amies, on compte Madge Vaughn (la fille de John Addington Symonds, qui inspira le personnage Sally Seton dans Mrs. Dalloway), Violet Dickinson, et la compositrice Ethel Smyth. Elle était aussi très proche de sa sœur Vanessa Bell. Virginia Woolf se suicide en 1941. Elle remplit ses poches de pierres et se jette dans la rivière Ouse, près de Monk’s House, sa maison de Rodmell. Elle laisse une note à son mari : « J’ai la certitude que je vais devenir folle : je sens que nous ne pourrons pas supporter encore une de ces périodes terribles. Je sens que je ne m’en remettrai pas cette fois-ci. Je commence à entendre des voix et ne peux pas me concentrer. Alors je fais ce qui semble être la meilleure chose à faire. Tu m’as donné le plus grand bonheur possible… Je ne peux plus lutter, je sais que je gâche ta vie, que sans moi tu pourrais travailler. »

Travaux récents :

Récemment, des études sur Virginia Woolf se sont concentrées sur les thèmes féministes et lesbiens dans son travail, comme dans l’anthologie d’essais critiques publiée en 1997 : Virginia Woolf: Lesbian Readings, publiée par Eileen Barrett et Patricia Cramer. Louise A. DeSalvo propose un traitement de l’abus sexuel incestueux que subit V. Woolf quand elle était jeune dans Virginia Woolf: The Impact of Childhood Sexual Abuse on her Life and World. Son imaginaire est aussi étudié pour sa profondeur de vue dans des thèmes comme le syndrome commotionnel, la guerre, les classes et la société britannique moderne. Les plus connues de ses œuvres non romanesques, notamment Une chambre à soi et Trois Guinées, traitent de l’avenir de l’éducation féminine et du rôle des femmes auteurs dans les canons littéraires occidentaux.

En 1982, Simone Benmussa crée la pièce Freshwater de Virginia Woolf à Paris (représentations également à New York, London et Spoleto), interprétée que par des écrivains dont Eugène Ionesco, Nathalie Sarraute, Alain Robbe-Grillet, Joyce Mansour, Viviane Forrester etc.

En 2002, The Hours, un film fondé sur la vie de Virginia Woolf et sur l’effet de son roman Mrs. Dalloway, a été nommé pour l’Academy Award du meilleur film. Celui-ci était adapté du roman de même titre de Michael Cunningham, publié en 1998 et prix Pulitzer. The Hours était le titre provisoire de V. Woolf pour Mrs. Dalloway. Beaucoup de spécialistes de V. Woolf sont hautement critiques sur la peinture que donne le film de V. Woolf et de ses œuvres. Selon eux, ni le roman, ni le film ne sauraient être considérés comme un exposé correct ou une critique littéraire de Mrs. Dalloway.

Liste de ses œuvres :

  • The Voyage out (1915). Traductions en français :,
    trad. L. Savitzky, Paris, 1948, rééd. 1982 et 1985.
    • La traversée des apparences, trad. L. Savitzky, Paris, 1948, rééd. 1982 et 1985.
    • Croisière, trad. Armel Guerne, Robert Marin, 1952.
  • Nuit et jour (Night and Day) (1919)
  • Modern Fiction (1919)
  • Monday or Tuesday (1921)
  • La Chambre de Jacob (Jacob’s Room) (1922)
  • Mrs Dalloway (1925)
  • Le Commun des lecteurs (The Common Reader) (1925)
  • Victorian Photographs of Famous Men and Fair Women (1926) –
    introduction de la première monographie sur la photographe Julia Margaret Cameron, dont elle était la
    petite-nièce.
  • La promenade au phare,
    également traduit sous le titre Vers le phare (1927) (To
    the lighthouse
    )
  • Orlando (1928)
  • Les vagues (The Waves) (1931)
  • Une chambre à soi (1929)
  • Lettre à un jeune poète (A
    Letter to a Young Poet
    ) (1932)
  • Flush (1933)
  • The Second Common Reader (1933)
  • Les Années (The Years) (1937)
  • Trois Guinées (Three Guinees) (1938)
  • La Vie de Roger Fry (Roger Fry: a Biography) (1940)
  • Entre les actes (Between The Acts) (1941)
  • La Mort de la phalène (The Death of the Moth and Other
    Essays
    ) (1942)
  • A Haunted House and Other Stories (1943)
  • The Moment and Other Essays (1948)
  • L’art du roman (1962)
  • Instants de vie (Moments of Being) (1976)
Cet article a été publié dans Féminité et Féminisme. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Joyeux Anniversaire Virginia Woolf

  1. NATEKA dit :

    Je me suis offert Ms Dalloway…comme j\’ai vu ( et adoré ) The hours, je me ferai ma propre opinion. De la grande littérature !Merci pour cet hommage !A bientôt Chris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s