Prise en charge du transsexualisme : les associations vigilantes sur les projets gouvernementaux



https://i1.wp.com/v2.e-llico.com/img/translogo.jpg

Au lendemain d’une réunion autour du projet de centre de référence qui aura en charge la rédaction d’un Plan National de Diagnostic et de Soin (PNDS) pour la prise en charge des personnes trans, les associations se montrent vigilantes.

Le ministère de la santé a présenté mardi 27 avril le projet de centre de référence qui aura en charge la rédaction d’un Plan National de Diagnostic et de Soin (PNDS) pour la prise en charge des personnes trans. Si les associations trans se félicitent de la volonté du ministère de vouloir changer les choses, elles expriment aussi leur vigilance après ce rendez-vous. L’objectif du ministère est la mise en œuvre d’un cahier des charges rédigé avec la participation des associations. Mais celles-ci se disent inquiètes des conditions de mise en place de ce centre, de la rédaction du PNDS ainsi que de la prise en charge pendant l’intervalle de 2 ans nécessaire à la mise en route du centre.

En effet, bien que le ministère reconnaisse les abus de la prise en charge actuelle, il refuse d’accorder une prise en charge systématique des réassignations sexuelles réalisées à l’étranger, laissant au moins sur les 18 à 24 mois à venir, les personnes en cours de transition dans une prise en charge non adaptée et "irrespectueuse des droits humains fondamentaux", selon les associations. Concernant la création d’un recueil de données en vue d’études épidémiologiques, les mêmes associations redoutent la mise en place d’un registre "qui semble s’inscrire dans une logique de fichage".

Les trans craignent aussi la mise en place d’une agrémentation pour les médecins qui entraînerait un "assèchement" de l’offre de soins et une recrudescence de l’automédication. Reste enfin la question de faciliter la facilitation des procédures de changement d’état civil, en lien avec le ministère de la justice. Les associations déplorent la "surdité" de ce dernier et le vide juridique "qui a pour résultante de marginaliser les personnes transgenres ou transsexuelles non opéré-e-s".

Source : e-llico

Cet article a été publié dans Actualités et politique. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s